• Colloques

    L’entreprise contemporaine en mutation: quel impact sur la motivation et le bien-être des travailleurs?

    Journée de conférences du CESCAP

    Jeudi 27 novembre 2014 à la Haute école de travail social et de la santé | EESP de Lausanne
    dffa1a186fLe monde du travail contemporain est en pleine mutation. Les entreprises connaissent des restructurations importantes de leur appareil de production, qui induisent le plus souvent une pression accrue à la performance et à la productivité. Les salarié-e-s sont ainsi amené-e-s à travailler de manière plus flexible et à s’impliquer de plus en plus pour répondre aux exigences de compétitivité. Comment le bien-être au sens large (les droits, l’épanouissement au travail, la santé, la sécurité de l’emploi, etc.) et la motivation des travailleurs-euses (implication au travail, attachement à l’entreprise, etc.) évoluent-ils dans ce contexte ? Cette question servira de fil rouge à nos
    débats. Lors de cette journée seront présentés les résultats d’une étude de grande ampleur menée au sein du CESCAP, portant sur les pratiques de flexibilité et leur impact dans deux secteurs clés de l’économie suisse : le commerce de détail et l’industrie des machines. Ces résultats seront mis en perspective par les interventions de deux expert-e-s des questions du marché du travail:
    > Sergio Rossi, Professeur ordinaire à l’Université de Fribourg, où il dirige la Chaire de macroéconomie et d’économie monétaire, il est l’auteur entre autres de Macroéconomie monétaire: théories et politiques, Bruxelles, Bruylant, 2008 et Economic and Financial Crises: A New Macroeconomic Analysis, Basingstoke: Palgrave Macmillan, à paraître en 2015 (avec A. Cencini).
    > Bénédicte Zimmermann, Directrice du Centre Georg Simmel à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), elle est notamment l’auteur de Ce que travailler veut dire, Paris, Economica, 2014 (2e édition) et co-éditrice de La liberté au prisme des capacités. Amartya Sen au-delà du libéralisme, Paris, EHESS, 2008 (avec J. De Munck). Cette conférence s’adresse à la fois au monde académique (enseignant-e-s, chercheur-e-s et étudiant-e-s) et à celui du travail (employeurs, personnel, partenaires sociaux, etc.).
    Téléchargez le programme de la journée ainsi que la présentation des intervenant-e-s:
    – Sergio Rossi: L’industrie des machines et le commerce de détail en suisse: une analyse d’ordre macroéconomique
    – Morgane Kuehni & Aris Martinelli: Les transformations de l’industrie des machines et leur impact sur le bien-être et la motivation du personnel
    – Nicola Cianferoni: La flexibilisation du travail dans le commerce de détail: quels effets sur l’implication des salarié-e-s?
    – Bénédicte Zimmermann: Le travail à l’aune des capabilités
    Comité d’organisation: Jean-Michel Bonvin, Nicola Cianferoni, Aris Martinelli – CESCAP
    Contact: Nicola Cianferoni, nicola.cianferoni(at)eesp.ch, 021 651 03 53

  • Revues

    La fabrique du compromis sur le marché du travail suisse. Évolutions et défis actuels

    NEG_020_L148Cet article fait partie du numéro 20 de la revue Négociations, qui consacre un dossier spécial à la thématique suivante: Penser le compromis.
    La contribution de Jean-Michel Bonvin et Nicola Cianferoni présente une analyse de la notion de compromis et de son rôle dans le contexte du marché du travail suisse, caractérisé par la volonté des divers acteurs en présence de privilégier les solutions de compromis, que ce soit au niveau politique, au niveau de la branche ou de l’entreprise. Ce contexte est donc marqué par la prédominance d’un type de négociation largement intégratif où chacun des participants au jeu négociatoire est censé trouver un avantage.
    Cependant, les auteurs montrent comment les récentes transformations du marché du travail suisse (accroissement des exigences de flexibilité, pression à la compétitivité, etc.) ont remis en cause les fondements de ce modèle ainsi que la possibilité même d’une négociation intégrative. Ils se demandent ainsi si cette évolution ne tend pas à déboucher sur des formes de négociation distributives, où les gains d’une partie coïncident avec les pertes de l’autre.
    Après avoir présenté le contexte d’émergence et les caractéristiques principales du modèle helvétique de compromis, Jean-Michel Bonvin et Nicolas Cianferoni mettent en lumière les défis posés par ses évolutions récentes et les illustrent au moyen d’une étude de cas portant sur une entreprise de l’industrie des machines.
    Téléchargez l’article de Jean-Michel Bonvin et Nicola Cianferoni via la plateforme Cairn.info.
    Références complètes: Bonvin, J.-M., & Cianferoni, N. (2013). «La fabrique du compromis sur le marché du travail suisse. Évolutions et défis actuels.» Négociations, 20(2), 59-71.